Publié le Laisser un commentaire

Moments propices aux questions (avec exemples)

identifier moment propices aux questions formations conférence main levée

Quels sont les moments propices pour sonder son auditoire? Cet article vous permettra d’explorer les différentes manières d’interagir avec votre auditoire.

Avant toute chose sur les interactions avec un auditoire

De quelle couleur est le ciel ? Il est généralement bleu. Voilà une interaction possible avec un auditoire. Sauf que la réponse est évidente. La question engage donc peu les participants et la réponse n’apporte rien au conférencier. On vient surtout de perdre du temps. Par contre, si on demande la couleur du ciel sur la planète Mars, il est possible qu’un groupe de terriens du début du 21e siècle se questionne davantage. La réponse amène d’autres questions, par exemple sur la diffusion Rayleigh et la poussière martienne. Les occasions que les participants ont d’interagir entre eux et avec le conférencier sont plus nombreuses. Ce qui n’est plus le cas si les participants sont des astrophysiciens aguerris.

Trois moments propices aux questions : le début d’une présentation

Le début d’une conférence est un bon moment pour engager des échanges avec votre auditoire. Les buts recherchés sont multiples, mais nous retiendrons ici l’importance de mieux connaître les participants et augmenter leur motivation. Dans les théories motivationnelles, les attentes des participants et la valeur qu’ils accordent à la présentation peuvent être favorisées si vous leur montrez qu’ils pourront comprendre vos propos et que cela leur apportera quelque chose de plus (ex. : être capable de résoudre un problème). Vous pourriez donc leur demander de :

  • poser des questions libres auxquelles vous tenterez de répondre plus tard
  • répondre anonymement à une question à choix multiple portant sur un problème qui est répondu par des solutions apportées dans votre présentation;
  • voter, à partir d’une liste de concepts abordés dans la présentation, sur celui qui semble le plus difficile a priori pour les participants;
  • vous expliquer ce qui a motivé leur participation à l’activité.

Les exemples précédents ont l’avantage de mieux vous informer sur les connaissances ou les préoccupations des participants. En retour, vous avez l’occasion de réagir en précisant vos intentions ou en expliquant la pertinence des concepts. Un vote peut se faire rapidement à l’aide d’outils qui misent sur l’utilisation des appareils mobiles (voir les applications de vote dans ce guide préparé pour vous).

Trois moments propices aux questions : le milieu d’une présentation

Si votre présentation comprend un discours de plusieurs minutes, les participants auront besoin de pauses régulières. Est-ce du temps perdu? Non, car plusieurs études sur la technique de pause ou bien encore celles de l’équipe du professeur Mazur à l’Université Harvard soutiennent qu’on peut utiliser des pauses pour renforcer des idées présentées. Un avantage serait aussi de permettre au présentateur d’estimer la compréhension des participants. Vous pourriez donc :

  • Poser une question à choix multiples et montrer aux participants un résumé des réponses du groupe. Cette activité est facile avec des outils de vote interactifs. Vous pourriez aussi demander aux participants de discuter brièvement de leur réponse individuelle avec un autre participant avant de poser la question de nouveau.
  • Proposer aux participants une liste de mots avant de débuter une partie de la présentation. À la fin de cette partie, les participants doivent rédiger une phrase qui illustre les liens entre ces mots. La présentation des mots au début donne une motivation de plus aux participants.
  • Terminer une partie de la présentation en résumant l’importance de ce qui a été dit et en invitant les participants à rédiger leurs questions. Ils peuvent les poser au même instant si le temps le permet ou attendre à la période de questions finale.

Lors d’une pause, les participants qui écoutent et prennent des notes depuis plusieurs minutes ne sont plus bombardés de nouvelles informations qui menacent de saturer leur mémoire à court terme. C’est une occasion parfaite pour effectuer des retours et permettre des interactions.

Trois moments propices aux questions : la fin d’une présentation

La fin d’une présentation est le moment classique choisi par plusieurs pour une période de questions. C’est aussi une période qui peut être un peu gênante en raison de l’absence de questions des participants. Mis à part le besoin de clarifier vos propos, la fin d’une présentation est aussi un moment pour engager les participants pour la suite. Vous pourriez aussi profiter de cette occasion pour en savoir davantage sur la qualité de votre présentation (mais sans les inviter à remplir un formulaire d’appréciation).

Une alternative à une période de questions peu animée est de renverser la tendance et de poser des questions vous-mêmes. Qu’ont-ils retenu d’utile pour la suite ? Comment la présentation pourrait-elle changer leur travail ?

Vous pourriez aussi proposer un problème final avec deux choix de solutions. Cependant, aucune solution n’est parfaite ou bien les deux sont correctes. Les participants doivent alors vous dire pourquoi ils choisissent une solution. Il n’y a pas de bonne réponse à cet exercice, mais vous donnerez à certains participants la chance de conclure à votre place tout en ayant une meilleure idée de ce qu’ils ont retenu. La conversation pour certains pourrait même se poursuivre longtemps après votre passage.

On vous demande de choisir entre réserver une période de questions à la fin ou bien ajouter des pauses entre des parties de votre présentation. Quel serait votre choix?

Image d'entête par Artem Maltsev sur Unsplash 
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *