Publié le Laisser un commentaire

L’importance du cahier du participant

Cahiuer du participant

Le cahier du participant est certainement l’un des outils qui améliore le plus la qualité de la votre communication. En effet son adoption apporte des bénéfices considérables autant pour votre auditoire que pour vous-même. Il augmente la valeur perçue de votre présentation auprès de vos participants, facilite votre travail et celui de vos hôtes.

Pour mieux comprendre son utilité, nous vous proposons d’explorer ce qu’est un cahier du participant et ses principales fonctions. Vous pourrez ainsi évaluer la pertinence de son adoption pour vos prochains événements.

Qu’est-ce ce qu’un cahier du participant ?

Le cahier du participant est un document qui regroupe l’ensemble des documents, références et ressources en lien avec votre présentation. Il peut être remis au début de votre présentation, pendant ou après, selon vos préférences d’animation. En version papier ou numérique, il permet à votre auditoire de suivre facilement le déroulement de votre communication. Il peut également être hébergé sur votre site web ou partagé via un répertoire infonuagique.

Son utilisation augmente également la confiance des organisateurs envers votre partage. En effet, ils pourront déjà percevoir la valeur de votre communication et mieux promouvoir votre présentation. En partageant en avance vos documents, vous témoignerez également de votre professionnalisme et de votre expertise.

5 fonctions essentielles du cahier du participant

L’utilisation d’un cahier du participant a plusieurs fonctions. Pour mieux comprendre la pertinence de cet outil, nous présenterons ces fonctions en identifiant les avantages qu’elles apportent pour votre conférence ou votre formation.

1 – Boîte à outils

Le cahier permet tout d’abord de bonifier l’expérience du participant en lui permettant d’avoir accès à l’ensemble des ressources et références présentées au cours de l’atelier. Vous pouvez y inclure une copie de votre diaporama afin que votre auditoire puisse y inclure leurs notes personnelles. Dans Microsoft PowerPoint, vous pouvez imprimer 3 diapositives par page avec un espace pour les notes pour les participants. Attention par contre, si vous utilisez les notes de présentation, celles-ci seront imprimées dans les espaces réservés aux notes. Pensez donc à créer une copie épurée au besoin de votre diaporama.

L’option d’impression de 3 diapositives par page permet d’imprimer un espace pour les notes des participants.

2 – Objet de transfert

Considérant le nombre important de pages des diaporamas et les limites de visibilité de certaines diapositives, nous privilégions généralement l’inclusion de fiche synthèse plutôt que l’ajout intégral du diaporama. Cela permet de réduire les frais d’impression et de cibler l’essentiel à retenir pour les participants. En intégrant les éléments clés de votre présentation dans votre cahier, vous pourrez augmenter la facilité de lecture et proposer un outil concret que les participants pourront réutiliser ou afficher. En plus des fiches synthèses, vous pourrez y inclure des listes de vérification, des procéduriers ou tout autre document permettant d’outiller votre auditoire.

L’utilisation d’un cahier du participant vous permet également d’augmenter la valeur perçue de votre communication. En effet, votre auditoire sera plus conscient des retombées de vos propos s’il ressort avec des outils concrets, transférables et applicables dans son milieu.

Un cahier du participant vous permet également de cibler les ressources essentielles que vous désirez que les participants retiennent. À ce sujet, pensez à inclure une médiagraphie regroupant les références clés liées à votre représentation. En plus d’outiller votre auditoire, il vous permettra d’augmenter votre crédibilité en vous basant sur des sources d’autorité reconnues.

3 – Outil d’animation

Le cahier du participant permet également d’appuyer les phases actives, d’application ou de travail d’équipe de votre conférence ou de votre formation. Il regroupe les consignes, les gabarits de réponses et les activités nécessaires à la réalisation des activités. De cette manière, vous vous assurerez que tous les participants auront accès aux consignes, au matériel et aux activités lorsqu’ils en auront besoin. Il permet également de réduire le temps nécessaire à la distribution du matériel pendant votre atelier. En effet, en prévoyant la distribution de ces documents, vous éviterez de briser le rythme de votre communication en devant vous assurer que tous les participants ont bien reçu les documents. Pour faciliter le repérage, pensez à numéroter les pages pour y faire facilement référence.

Il peut arriver que vous ne vouliez pas divulgâcher certaines informations ou documents liés à votre présentation. Prenez le temps de mesurer l’impact de cette surprise comparativement au risque de briser le rythme de votre présentation. Le message global est souvent plus important que l’effet de surprise.

4 – Outil promotionnel

L’utilisation d’un cahier du participant permet également de promouvoir votre expertise, vos services ou vos produits. À ce sujet, pensez à inclure votre biographie, votre expertise, votre expérience et les autres produits ou services que vous offrez. Cela vous permettra d’augmenter votre visibilité et de permettre à votre auditoire de faire appel à vous au besoin. Un outil concret a beaucoup plus de chance d’être partagé que votre carte d’affaires! De plus, on a beaucoup plus tendance à se rappeler du sujet d’une présentation que du nom du présentateur!

Vous pouvez concevoir le cahier du participant comme un programme d’un spectacle ou d’un événement. En plus de la présentation du spectacle, il bonifie l’expérience en présentant des informations complémentaires. Vous pourrez ainsi bonifier celui-ci en lui donnant un visuel adapté à votre communication. Besoin d’un gabarit de cahier du participant? Nous vous recommandons d’explorer les canevas disponibles sur le site Graphic River. Pour moins de 10$ vous aurez accès à un gabarit en format Microsoft Word ou Adobe InDesign vous permettant d’adapter le contenu selon vos besoins.

Enfin, l’utilisation du cahier du participant permet également de prévoir la protection de votre contenu en ajoutant à chacune des pages l’auteur et la licence de diffusion. En l’intégrant les droits de partage, vous vous assurerez que vous serez adéquatement crédité pour votre travail.

5 – Outil d’impression

L’utilisation d’un cahier du participant permet de simplifier l’impression des documents et de limiter le risque d’oublis. Il permet de prévoir les formats d’impression, les couleurs, et les types de reliures (broché, relié). En n’ayant qu’à vous soucier d’un seul document, cela réduira votre charge mentale lors de la préparation de votre prestation.

Pour minimiser les coûts, plusieurs organisations préfèrent s’occuper eux-mêmes de l’impression ou de la distribution de ces documents. En utilisant un cahier du participant, vous faciliterez les échanges et le travail des organisateurs et de vous-même. Pensez cependant à réduire au maximum les contraintes d’impression et bien préciser celles-ci. Pour ce faire, restreignez-vous à des formats d’impression et des consignes simples:

  • Prévoyez vous-même les pages de garde (pages blanches) dans votre document.
  • Pour faciliter la comptabilité, privilégiez le partage de vos documents en PDF. Les différentes versions des traitements de textes et les polices utilisées ne sont pas toujours compatibles.
  • Considérant les coûts et parfois la disponibilité de l’impression couleur, il peut être plus économique de prévoir l’impression en tons de gris. Pensez donc à adapter vos documents en conséquence.

Exemple de consignes d’impression

Bonjour,

En prévision de la présentation dans votre organisation, veuillez trouver joint à ce courriel le cahier du participant à imprimer pour chaque participant.

Merci d’imprimer celui-ci en format 8X11 (lettre), papier blanc, impression monochrome (noir et blanc), rectoverso et broché dans le coin supérieur gauche.

Au plaisir de rencontrer les membres de votre organisation!

Si vous vous occupez des impressions, pensez à prévoir le temps nécessaire aux échanges avec l’imprimeur et aux délais et aux modalités de livraisons. Ne sous-estimez pas le temps que nécéssite ces tâches. Prévoyez-le et au besoin, ajoutez des frais administratifs ou des frais supplémentaires pour la gestion de l’impression. Assurez-vous que le prix chargé soit en conséquence du nombre de pages que vous remettez.

Pour l’impression de vos documents, vous pouvez utiliser les services d’impression généraliste tels que VistaPrint, Bureau en gros ou votre imprimeur local. Pour éviter les mauvaises surprises, informez-vous adéquatement des délais de livraison.

Conclusion

En somme, l’utilisation d’un cahier du participant représente de réels bénéfices autant pour vous, votre auditoire que vos hôtes. Par ses différentes fonctions, le cahier du participant devient un outil incontournable pour partager efficacement votre expertise.

 Image d'entête par Negative Space sur Pexels 
Publié le Laisser un commentaire

Le pouvoir des bonbons

Une belle occasion de partage d’expertise

Je suis récemment allé à un colloque. C’était du bonbon: sourire des organisateurs à l’arrivée, à peine cinq secondes pour trouver ma carte et salle principale magnifique. Les conférenciers ont partagé leur expertise ouvertement et clairement. Une exception par contre : l’ordinateur de la conférencière qui affichait périodiquement des aperçus de courriels (pensez à préparer votre ordinateur convenablement).

Mais l’élément le plus marquant était sans doute le bonbon qui se trouvait au milieu de la surface de travail à mon arrivée. Cette friandise a eu le pouvoir de me ramener à des souvenirs d’enfance. Je l’ai rapidement dévorée et les arômes m’ont accompagnés… jusqu’à ce que la conférencière reçoive son premier courriel.

Le pouvoir des bonbons

Je n’ai pas trouvé d’études scientifiques sur l’impact des bonbons en éducation. On parle cependant des effets de la prise de sucre en grande quantité. Cela amènerait une sensation de plaisir, mais d’un autre côté pourrait nuire temporairement à la mémoire. Bref, il faut viser l’équilibre entre les deux. Cependant, cette petite gâterie sucrée a contribué à établir un climat détendu et plus convivial au colloque et m’a amené à considérer le conférencier comme plus attentif à mes besoins.

Les bonbons de la motivation

Le plaisir fait partie de la composante affective de la motivation. Lorsqu’on optimise une formation ou une conférence, on s’intéresse surtout aux autres composantes de la motivation. Par exemple, on voudra vanter au début l’utilité des connaissances présentées (composante de la valeur) et démontrer que les participants pourront facilement les comprendre et les utiliser (composante des attentes). Ces actions visent à motiver les participants afin qu’ils s’engagent. Les options sont plus limitées pour la composante affective, qui est importante aussi. L’utilisation d’un stimulus externe, comme une sucrerie, permet de supporter l’établissement d’une relation personnalisée avec l’auditoire. On ne parle pas « d’acheter le public », mais bien d’avoir une pensée pour l’établissement d’un climat propice à l’écoute et l’ouverture. En prenant le temps de mettre en place des petites attentions pour notre auditoire, on pourra ainsi mieux démontrer que nous sommes à l’écoute de leurs besoins.

Le bonbon par design

En somme, prévoir les besoins de son auditoire, autant personnels et professionnels, vous permettra d’augmenter la valeur perçue de votre communication. En effet, pour que les apprentissages soient intégrés, les participants doivent vivrent une expérience positive et reconnaître la pertinence de vos propos. L’utilisation d’un cadeau gourmand, si en plus, est lié au contexte, à l’introduction ou à la conclusion de votre communication, vous permettra de renforcer la portée de votre message et d’augmenter les chances de transfert. Plus votre message est cohérent avec la forme de votre conférence, plus les participants sont susceptibles d’apprécier celle-ci.

Hygiène, environnement et allergies

Avant d’essayer cette idée, considérez avec attention l’hygiène et aussi la gestion des déchets. Les produits contenant des noix ou encore du gluten pourraient avoir des effets opposés à ceux souhaités au départ. De plus, assurez-vous d’adapter votre offre à votre auditoire. Un bonbon trop enfantin pourrait vous nuire davantage que de vous aider dans un contexte de présentation tradionnel ou formel.

 Image d'entête: rawpixel.com sur Pexels 
Publié le 2 commentaires

7 critères pour assurer la qualité de vos présentations

public satisfait de la qualité de la conférence

Quelles sont les caractéristiques d’un bonne présentation, conférence ou formation ? Pour satisfaire les attentes de votre auditoire, des organisateurs et de vous-même, il est nécessaire de se doter de critères de qualité. Ceux-ci permettront d’appuyer votre analyse et de réaliser une auto-évaluation de votre conférence. Vous pourrez ainsi mieux cibler le fond et la forme de votre communication. Inspirés des critères d’évaluation reconnus, validés et utilisés pour évaluer les programmes de formation au collégial par la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial, nous vous présentons 7 critères pour assurer la qualité de vos conférences, formations et autres événements de partage d’expertise.

1. La pertinence

Le critère de pertinence permet d’établir le lien entre les objectifs poursuivis par votre conférence et les besoins des participants, de leurs employeurs, de la société, du comité organisateur et de vous-même. En prenant compte des attentes et des objectifs des différents groupes, vous augmenterez la satisfaction de ceux-ci à l’égard de la qualité votre communication. En effet, plus les participants et les organisateurs considèreront que votre présentation est adaptée à leur réalité, plus ils seront enclins à apprécier votre partage. Pour y arriver, nous vous recommandons de consulter l’article cibler un objectif pour les participants qui propose une stratégie pour tenir compte des ces attentes.

Indicateurs :

  • Les objectifs sont bien définis et tiennent compte des besoins des participants, de leurs employeurs, de la société et du comité organisateur.
  • Le niveau de traitement du sujet est adapté aux besoins des participants, de leurs employeurs, de la société et du comité organisateur.
  • Les participants, leurs employeurs et le comité organisateur sont satisfaits du contenu présenté.
  • Vous êtes préparé et prêt à répondre aux questions des participants.

2. La cohérence

La cohérence réfère au lien entre les objectifs, le déroulement, le contenu et la forme de votre conférence. Il s’agit d’assurer la fluidité de vos propos et du contenu pour proposer une progression d’appropriation adéquate. Plus les participants seront en mesure de suivre le fil conducteur de vos propos, plus ils seront à même de constater leur pertinence et de s’approprier le contenu. Incidemment, une courbe d’apprentissage trop prononcée ou trop rapide amènera les participants à décrocher et se désengager. À l’inverse, une période d’appropriation trop longue amènera les participants à se distraire et consulter leurs notifications sur leur mobile plutôt que de vous écouter.

Indicateurs :

  • La structure de la conférence est logique et fluide.
  • Les activités de transfert favorisent une progression adéquate pour les participants.
  • Les activités de transfert favorisent une appropriation efficace du contenu.
  • La quantité de contenu ou d’activité est adaptée au niveau des participants et au contexte.

3. La valeur des stratégies d’animation

Les stratégies d’animation se doivent de correspondre aux objectifs de la conférence. Ils doivent être compatibles avec les caractéristiques des participants et ils doivent être adaptés au contexte de la conférence. En effet, plus les activités sont en lien direct avec les objectifs, plus les participants sont susceptibles de s’y engager. Ainsi, le choix de situations authentiques, liées au contexte professionnel ou personnel des participants, vous permettra d’assurer une participation optimale de votre auditoire.

Il en est de même pour l’accueil des participants et l’évaluation de la séance. Plus vous semblez disponible et soucieux des besoins de votre auditoire, plus ils se sentiront en confiance. À ce sujet, nous vous invitons à consulter les articles sur comment Acceuillir les participants et à regarder notre modèle de questionnaire d’évaluation d’une conférence.

Indicateurs :

  • Les stratégies d’animation sont adaptées aux objectifs de la conférence, aux caractéristiques des participants, et au contexte de la conférence.
  • La stratégie d’accueil des participants favorise leur participation.
  • Une stratégie pour mesurer adéquatement le degré d’atteinte des objectifs est prévue.
  • Le taux de satisfaction sur la stratégie d’animation est évalué et conforme aux attentes des participants.
  • Les méthodes d’animation utilisées favorisent le transfert et l’atteinte des objectifs.

4. Le type d’encadrement des participants

L’encadrement des participants réfère aux pratiques d’aide et de support qui contribuent à la réalisation des objectifs de la conférence. Il peut s’agir des stratégies de réponses aux questions, mais également de la documentation et des outils distribués aux participants pour supporter le transfert d’expertise. Plus les participants se sentent outillés, plus ils auront le sentiment qu’ils sont bien encadrés et soutenus. De plus, l’accessibilité des ressources et des références augmentera la satisfaction de votre auditoire et à l’égard de votre communication et de votre prestation. En agissant à titre de guide, vous augmenterez également votre crédibilité et votre réputation auprès des participants, mais également auprès du comité organisateur.

Indicateurs :

  • La gestion des questions ou de l’animation de la période de questions est appréciée.
  • La documentation distribuée est en quantité suffisante et appréciée par les participants.
  • Vous êtes disponible avant, pendant et après la conférence pour accueillir les participants et répondre aux questions.

5. L’atteinte des résultats (l’efficacité)

L’efficacité réfère au degré de réalisation des objectifs. Il s’agit de valider les résultats de votre conférence en fonction des objectifs ou des attentes établis. Plus votre auditoire aura l’impression que vous avez répondu à leurs attentes et que votre communication avait une valeur ajoutée, plus ils considèreront celle-ci comme une présentation de qualité. Liée au critère de pertinence, l’atteinte des résultats vise l’analyse d’indicateurs clés de votre prestation. Il est donc nécessaire d’évaluer la pertinence de vos activités de promotion, de la participation et du taux de satisfaction de votre communication.

Indicateurs :

  • La promotion de votre conférence a permis d’attirer un nombre de participants qui correspond ou dépasse vos attentes, celles des participants et celles du comité organisateur.
  • Les participants sont restés et ont participé tout au long de votre conférence.
  • Le taux de satisfaction des participants et du comité organisateur est bon.
  • Les participants considèrent atteindre les objectifs de transfert visés par la conférence.
  • Une suite ou une répétition dans leur milieu ont été demandées par des participants ou le comité organisateur.

6. La mobilisation des ressources (l’efficience)

L’efficience réfère au rapport entre les résultats et les ressources mobilisées. Il s’agit des ressources mobilisées, du temps imparti et du niveau d’organisation de votre conférence. Cette efficience s’applique autant à la conception, la planification, l’organisation, l’animation, la présentation que l’évaluation de votre conférence. Il n’est pas nécessaire de réaliser toutes les tâches vous-même. Déléguer les tâches les plus routinières ou mobilisant le moins vos compétences.

La mobilisation s’applique également au temps requis et utilisé pour passer votre message. Si vous prenez 30 minutes pour expliquer un concept déjà acquis par votre auditoire, ils auront l’impression de perdre leur temps. D’un autre côté, si vous passez trop rapidement sur des concepts abstraits, les participants vous diront qu’ils ont manqué de temps et évalueront plus négativement la qualité de votre partage.

Indicateurs :

  • Le temps et les ressources pour
    • CONCEVOIR et PLANIFIER la conférence ont été utilisés de façon optimale.
    • ORGANISER la conférence ont été utilisés de façon optimale.
    • PRÉSENTER et ANIMER la conférence ont été utilisés de façon optimale.
  • Le temps imparti à la présentation du contenu était adapté à sa complexité et au niveau de l’auditoire.
  • Des tâches mobilisant le plus de votre temps et le moins vos compétences ont pu être déléguées.
  • L’évaluation a permis de déceler les forces et les pistes d’améliorations de votre conférence.
  • Les moyens de communication ont permis une organisation optimale et fluide.

7. L’expertise et la crédibilité

Votre compétence, vos motivations et votre crédibilité jouent un rôle important dans le succès de votre conférence. Vous devez vous assurer que les participants intéressés par votre conférence reconnaissent votre expertise. Pour ce faire, il n’est pas nécessaire de vous positionner comme expert, mais bien de chercher à aider le plus efficacement possible votre auditoire. En vous plaçant dans une posture de guide, vous pourrez confirmer plus facilement votre crédibilité auprès de votre auditoire qui prendra conscience de votre expertise.

Pour maximiser votre crédibilité, vous devez également vous assurer que votre expertise est à jour. En étant à l’avant-garde et en étant en mesure de partager les connaissances les plus récentes, vous pourrez ainsi mieux outiller les participants plus néophytes et confirmer votre expertise auprès des participants plus avancés. Si un participant vous apporte un fait que vous ne connaissiez pas, adoptez une position d’ouverture et intéressez-vous à cette nouveauté. Cela vous permettra de parfaire votre expertise, tout en démontrant la confiance en vos connaissances et de l’intérêt envers le développement de celles-ci.

Indicateurs :

  • Cette conférence vous a permis d’augmenter votre crédibilité et de valoriser votre expertise.
  • Cette conférence a permis de confirmer que vos compétences sont à jour.
  • Votre médiagraphie comporte des œuvres récentes.

Conclusion

En sommes, pour développer une conférence de qualité, il est nécessaire de se doter de critères de qualité. Ces critères permettront d’appuyer votre analyse et d’améliorer de manière continue vos prestations. Avec ceux-ci, vous pourrez également mieux cibler le fond et la forme de votre communication.

Vous en voulez plus ?

Téléchargez notre fiche synthèse des 7 critères de qualité comprenant les principaux indicateurs à prendre en compte pour assurer le succès de votre communication. Pour ce faire, complétez le formulaire suivant !

Source de l'image d'entête: TEDxFlanders sur Flickr
Publié le Laisser un commentaire

Pecha Kucha: 20 images X 20 secondes

pecha kucha 20 images de 20 secondes

Pour dynamiser et maximiser le temps de présentation, des stratégies misant sur l’efficience, le dynamisme et l’efficacité ont été développées. Pour mieux comprendre celles-ci, nous vous invitons à explorer en détail l’une de ces stratégies de présentation innovantes. Aujourd’hui, explorons le Pecha Kucha.

Description

Le Pecha Kucha, c’est 20 images avec 20 secondes pour commenter ou expliquer chacune d’entre-elle. La présentation est ainsi d’une durée totale de 400 secondes, soit 6 minutes et 40 secondes.

Exemples

Le site de Pecha Kucha offre une tonne d’exemples de présentation structurée selon cette formule.

Origines

Selon la foire aux questions du site officiel, Le Pecha Kucha est une initiative de Astrid Klein et Mark Dytham de la firme d’architecture Klein Dythman. Les premières soirées Pecha Kucha ont été organisées en 2003 à Tokyo. L’expression Pecha Kucha signifie « le son de conversations » en japonais.

Avantages

  • Proposer des présentations plus rythmées et plus dynamiques
  • Favorise la concision et la vulgarisation
  • Assure d’accorder un temps équitable à chaque présentateur

Limites

  • Cadre stricte et peu flexible
  • 6 minutes 40 secondes, cela peut quand même être long ou redondant pour certains types de présentations
  • Le rythme rapide peut être déconcertant pour votre auditoire

Quand utiliser cette stratégie

Le format Pecha Kucha se prête bien à une présentation où plusieurs experts interviennent, par exemple lors d’un premier tour lors d’une table ronde. Le format imposé est clair et limite les débordements.

Le Pecha Kucha est aussi un défi intéressant pour les équipes de travail qui font régulièrement un suivi de leurs contributions. Chaque membre de l’équipe prépare alors sa présentation en sélectionnant les images et en limitant le message à l’essentiel. En fait, l’expérimentation du Pecha Kucha en tant que présentateurs nous a surtout forcé à revoir la pertinence de chaque image et de chaque mot. Les discours étaient au final plus courts avec des phrases plus directes et dépourvues d’explications détaillées. Pour trouver les images pertinentes, nous vous invitons à consulter l’article Illustrer clairement vos propos.

Conseil

Considérant le rythme rapide des présentations, il est suggéré de limiter le nombre de présentateurs, entre 9 et 12 par bloc, et de prévoir une pause par la suite. De plus, l’utilisation de deux espaces de présentation distincts peut soutenir le rythme et permettre d’assurer que les présentations puissent se succéder plus rapidement. L’utilisation de deux scènes permet également de limiter les besoins d’installation ou de préparation des présentateurs.

Avant de se lancer

Si la formule Pecha Kucha amène une réflexion sur le message et les images, il faut aussi être prudent sur son format. Le cadre des 20 secondes est peu flexible est il nous apparaît préférable de miser sur la clarté et la pertinence du message plutôt que sur un exercice de format (même s’il est intéressant).

En cas de besoin, utilisez judicieusement les marqueurs de relations ou charnières (ex. : par ailleurs, en effet, en conséquence, en revanche). Ces mots en début de phrase se sont avérés très utiles dans nos expériences pour annoncer le reste de la phrase et ainsi préparer mentalement les participants qui sont bombardés d’informations. En effet, le rythme d’un Pecha Kucha peut facilement déstabiliser votre auditoire. Au besoin, n’hésitez pas à utiliser la même image deux fois afin de pouvoir investir 40 secondes sur une idée et ainsi faciliter la compréhension de vos propos.

Conclusion

Le Pecha Kucha permet de dynamiser le format de présentation, mais peut être essoufflant pour votre auditoire ou vous -même. L’exercice de style peut sembler contraignant, mais il peut certainement vous inspirer dans vos autres types de présentations. Attention cependant à ne pas sacrifier votre objectif et vos contenus si vous misez sur ces 20 images.

Pour en savoir plus

Source de l'image d'entête: http://bentographics.com/site/wp-content/uploads/2015/12/PechaKucha-log.gif  
Publié le Laisser un commentaire

Comment devenir expert dans son domaine

Comment devenir expert dans son domaine

S’afficher comme expert n’est pas nécessairement facile. Comme il a été démontré dans l’article Vaincre le syndrome de l’imposteur, l’expertise dans un domaine donné n’est pas innée. Elle est le fruit de l’expérience ou de recherches sur un sujet donné. Elle peut être spécialisée ou générale, disciplinaire ou polyvalente, multi ou interdisciplinaire. Dans tous les cas, celle-ci est acquise par le biais d’expériences ou de formations, plus ou moins formelles. À travers cet article, nous vous proposons d’explorer 7 manières de devenir expert dans votre domaine.

« Comme si on pouvait apprendre le violon en écoutant un grand violoniste. Non. On apprend le violon, en jouant, et l’histoire en en faisant, avec toutes les gammes que cela suppose. »

Christian Laville (1984)

S’informer

La première façon de développer son expertise est d’effectuer une veille ciblée sur votre sujet. Les moteurs de recherches généralistes comme Google vous permettent évidemment de trouver du contenu. Nous vous invitons à rechercher également des types de contenus spécifiques par différents types de médias:

  • des images pour trouver des infographiques ou schémas pertinents
  • des vidéos pour des tutoriels ou des cours
  • les actualités pour de l’information récente
  • des livres pour des sources d’autorité
Options de recherche sur Google
Les différents types de recherches de Google

Les sites des bibliothèques regorgent également de ressources physiques (livres) ou en ligne (livres numériques, médias, base de données spécialisées, articles de journaux ou de revue, etc.). Pensez à rechercher dans le catalogue de livres numériques de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) qui permet aux résidents du Québec de consulter en d’emprunter gratuitement des livres numériques de n’importe où. Vous pouvez également consulter l’offre numérique dans un catalogue généraliste comme celui d’Amazon.

Pour rester au fait des nouveautés, vous pouvez suivre les mots-clics pertinents sur les différents médias sociaux. À ce sujet, vous pouvez créer des alertes sur des sujets précis avec Google Alerts. Vous recevrez ainsi des notifications chaque fois qu’un contenu est publié avec le mot-clé ciblé. Vous pourrez suivre un mot-clé, une compagnie, un produit ou un nom. Recherchez également les médias sociaux par l’entremise des mots-clics ou avec des outils spécialisés d’analyse de tendances tels que Google Trends. Google Trends permet d’identifier les termes les plus recherchés et des sujets associés.

Les médias sociaux orientés sur les vidéos tels que YouTube ou Vimeo vous permettent également d’avoir accès à du contenu de qualité, des explications, des tutoriels, des conférences ou des sections de cours en ligne. Pour du contenu plus spécialisé, vous pouvez également consulter les conférences annuelles TED. Si vous préférez l’audio, des baladodiffusions sont également disponibles. Utilisez des services tels que iTunes, Google Balados ou directement sur les sites des blogues spécialisés établis. Vous pouvez également regarder du côté de Quora qui permet de créer, d’éditer et d’organiser des questions-réponses. Enfin, Pinterest peut vous permettre de trouver des infographies intéressantes sur différents concepts.

Vous pouvez également consulter les abonnements d’influenceurs ou de spécialistes influents. Ceux-ci vous permettront d’identifier les sources d’information pertinentes, notamment des associations, des revues ou des blogues spécialisés. Pour les retracer, regarder ce que vos amis, clients ou public cible consultent sur les médias sociaux.Pour regrouper facilement ceux-ci, pensez à vous développer un système efficace de favoris, de marque-page. Pour un usage plus ergonomique, vous pouvez également créer une page d’accueil sous forme de tableau de bord à l’aide d’outils tels que Start.me ou Netvibes.

Exemple de page d'accueil de start.me
Exemple de page d’accueil de start.me

Se perfectionner

Plusieurs opportunités de perfectionnement sont disponibles. Celles-ci vous permettront sans aucun doute d’appuyer votre rôle d’expert sur une formation crédible.

Tout d’abord les établissements d’enseignement (Centre de formation professionnelle, Cegeps et Université) offrent plusieurs opportunités de perfectionnement crédité. Ces établissements proposent également des services de formation continue, des services aux entreprises ou des conférences ciblées. Consultez leur site web et abonnez-vous aux infolettres pour ne rien manquer.

Des cours en lignes gratuits sont également offerts par certaines organisations. Ceux-ci peuvent être sous forme de MOOC, soit des cours formation en ligne ouverte à tous, qui proposent des contenus généralement sous forme de texte et de capsules vidéos. L’inscription est souvent gratuite, mais la reconnaissance officielle nécessitera a un paiement. Parmi ces cours, notons l’initiative Edulib de l’Université de Montréal, ainsi que les sites OpenClassroom, Coursera ou Khan Academy.

La participation à des congrès et colloques vous permet également de développer votre expertise, tout en prenant connaissance des tendances actuelles dans un domaine. À ce sujet, les membres du cours Partager son expertise ont accès à une base de données collaborative présentant plusieurs congrès, colloques ou rencontres d’expert francophone.

Expérimenter

Comme il a été exposé dans l’article Vaincre le syndrome de l’imposteur, vous pouvez développer votre expertise par le biais d’expériences moins formelles. L’expérimentation d’une pratique, d’un outil ou d’une technique peut ainsi vous permettre de développer votre expertise. L’application de nouvelles connaissances dans un domaine où le transfert d’une technique d’un autre domaine peut donner lieu à l’acquisition d’expérience ou d’expertise. Vous serez alors à même de partager votre pratique et de pouvoir vous afficher comme expert dans un domaine.

Pour exploiter celle-ci et être en mesure de bien partager cette expérience, pensez à tout d’abord décrire l’enjeu de départ ou la genèse de cette initiative. En prenant le temps de bien circonscrire votre action, les étapes de réalisations seront plus claires pour vous, mais également pour votre futur auditoire. Par la suite, planifier le développement et la mise à jour d’outils d’outils de suivi. Ces outils peuvent se décliner sous la forme d’un tableau de bord, de sondages périodiques, de questionnaire d’appréciation ou autres qui vous permettront d’identifier les retombées ou des résultats probants. Si vous prévoyez faire passer un questionnaire d’appréciation, pensez à prévoir le temps pour :

  • développer le questionnaire
  • créer ou réviser la liste des répondants
  • recueillir les réponses dans un délai suffisant
  • compiler, analyser et diffuser les résultats

Enfin, pensez également à conserver des traces (photos, croquis, copie d’écrans, témoignages) du processus ou de votre démarche pour illustrer votre cheminement. Ces traces vous permettront de témoigner et d’illustrer plus facilement du chemin parcouru.

Observer

Observer les pratiques d’un collègue, d’un compétiteur ou se comparer avec ceux-ci peut vous donner et des sources d’inspirations et être mieux en mesure d’appuyer votre rôle d’expert.

Il n’est pas nécessaire que cette observation soit directe. Elle peut se faire en analysant les sites web ou les stratégies employées par vos compétiteurs. L’optimisation des sites web pour les moteurs de recherches en est un bon exemple. En effet, un site comme Moz Explorer vous permet de consulter les sources d’informations pointant vers un site web donné. Ce type d’outils vous permet de mieux comprendre le domaine, tout en trouvant des stratégies ou des sources d’informations pertinentes pour le vôtre.

L’observation directe, par la visite de lieux, par des stages, par l’entretien en présence, par téléphone ou à distance est également un bon moyen de s’inspirer et de développer sa propre expertise.

Documenter

La recension ou le regroupement d’informations vous également de développer votre expertise. En ayant une meilleure connaissance d’un domaine, vous serez mieux en mesure de témoigner des pratiques ou des réalités. De plus, la documentation permet également de mieux comprendre les modes d’organisations, les processus ou techniques.

Prendre le temps de vulgariser ou de simplifier ceux-ci vous permet également de développer vote expertise. Souvent, les processus ou les pratiques sont complexes et le seul fait de les simplifier, de les expliquer, de les schématiser peut vous permettre de développer votre expertise sur le sujet. À ce sujet des outils comme LucidChart, vous permettent de représenter facilement, et même de manière collaborative, les réalités complexes. Ce type d’outil permet également de systématiser vos pratiques, de développer des mécanismes d’assurance qualité et d’analyser facilement des situations ou des processus complexes.

Vous pouvez également amorcer l’animation d’un blogue sur votre sujet, l’écriture d’articles spécialisés ou utiliser les médias sociaux pour documenter et partager vos recherches.

Douter

Remettre en cause ce qui est établi afin de valider les obligations ou les origines peut vous amener à développer votre expertise. Sans refaire la roue, rechercher les fondements des pratiques ou des actions peut vous amener à développer votre expertise. Vous comprendrez mieux les tenants et aboutissants de vos actions. Pour ce faire, n’hésitez pas à retourner voir les principes de bases dans les textes fondateurs, les lois, les politiques et les règlements régissant votre pratique ou votre domaine. Ils vous permettront d’appuyer plus facilement vos propos.

Attention toutefois à la résistance au changement. Certaines pratiques peuvent faire partie de la culture organisationnelle ou disciplinaire et le changement peut déstabiliser ou générer du stress ou de vives réactions. Pensez à respecter les personnes et à prendre le temps de bien expliquer les bénéfices de cette évolution.

Partager

L’occasion qui permet de regrouper l’ensemble de ces stratégies nous semble sans contredit être le fait de partager son expertise. En effet, parler en public d’un sujet spécifique vous obligera à passer à travers toutes ces étapes et vous amènera à développer votre crédibilité dans le domaine. Il faut évidemment une dose de courage et de folie pour s’engager dans un partage public, mais ceci vous amènera incontestablement à développer votre propre expertise. Pensez à regarder du côté de nos formations disponibles en présence et en ligne pour dynamiser vos présentations et engager votre auditoire.

Conclusion

Comme vous avez pu le constater, plusieurs moyens s’offrent à vous pour devenir un expert. Il n’y a donc pas une seule voie unique à suivre pour développer votre expertise et parfaire vos connaissances. N’hésitez pas à exploiter plus d’une façon et de revenir à cette liste pour développer de manière continue votre expertise.

Pour aller plus loin

Photo par Jens Johnsson de Pexels

Publié le Laisser un commentaire

Cibler un objectif pour les participants

La planification d’une conférence ou d’une formation débute généralement par la mise en valeur de son contenu. Pour ce faire, vous vous affairez à:

  • structurer votre diaporama
  • identifier des faits ou des exemples éloquents
  • recenser des sources d’autorité
  • dénicher des contenus des images surprenantes

Cependant, en ne commençant pas par la détermination d’un objectif, vous risquez d’occulter le plus important: les attentes de votre auditoire.

Les attentes de votre auditoire

Bien que le contenu soit important, le participant est d’abord centré sur ses attentes et les bénéfices qu’il retirera de votre communication. Dans le temps imparti, il ne pourra certainement pas tout se rappeler ou mettre en pratique le contenu présenté. Son attention est orientée sur le message et l’expérience globale. Il est donc impératif de bien cibler l’objectif de votre communication et le contenu essentiel. En misant sur les attentes des participants, vous atteindrez votre propre objectif, tout en répondant aux attentes de votre auditoire.

Prendre le point de vue du participant

Dans une approche largement utilisée en éducation, vous pouvez utiliser votre propre expertise pour miser sur les intérêts des participants. Pour ce faire, vous devez définir une tâche concrète que votre auditoire sera capable à réaliser au terme de votre conférence ou de votre formation. En adoptant le point de vue du participant, vous risquez de porter une attention soutenue quant à leurs bénéfices. Pour y arriver, nous vous invitons à compléter la phrase suivante :

Au terme de votre conférence/formation, les participants seront en mesure de…

Bien que cette amorce puisse sembler simpliste, elle comprend les éléments essentiels de la planification de votre communication:

  • le destinataire (les participants)
  • l’objet de transfert (ce que vos participants seront en mesure de réaliser ou de comprendre)
  • le contenu essentiel et votre objectif

Pour compléter cette phrase, nous vous invitons à réfléchir au verbe d’action à employer.

Le rôle central du verbe d’action

Un verbe d’action, ou verbe dynamique, est un type sémantique de verbe dont le procès indique un acte, une opération, une activité typiquement effectuée par un agent, éventuellement sur ou à destination d’un patient – auquel cas le verbe est dit transitif. – Wikipedia

Plus qu’une simple composante de votre titre, le verbe d’action représente la tâche attendue par les participants. Il oriente l’ensemble de votre animation en précisant sa visée et l’objet de transfert proposé aux participants. De plus, lorsque la participation est libre, le titre de votre présentation est l’un des principaux, voir LE facteur qui incitera votre auditoire à y assister. Pour formuler celui-ci et structurer l’ensemble de votre conférence, nous vous proposons de vous concentrer sur l’objectif de votre présentation en sélectionnant judicieusement un verbe d’action.

 Choisir LE bon verbe

La taxonomie des habiletés cognitives de Benjamin Bloom est la classification de verbes d’action la plus connue et la plus utilisée en éducation. Bloom propose 6 niveaux de verbes d’action classés selon leur complexité, des plus concrets aux plus abstraits. Cette classification représente un cadre de référence efficace pour réfléchir à la fois l’objectif et le titre de votre communication.

En utilisant le bon verbe d’action, vous serez en mesure de mieux définir l’objectif de votre partage d’expertise et vous vous assurerez que celle-ci répond aux attentes de votre auditoire.

Un objectif pour cibler l’essentiel

En somme, la définition de la tâche ou de l’action à réaliser par votre auditoire vous permettra de mieux structurer votre présentation. Cette étape vous permettra également de considérer les attentes de votre auditoire. Le choix du verbe d’action est une étape qui semble souvent ennuyeuse, mais qui peut s’avérer un puissant outil.

Source de l'image d'entête: Eran Sandler - Flickr